TOURS DU DESTIN: Tome 1

Assise dans le bureau du proviseur du collège de mon fils, j'attends impatiemment de savoir les raisons de ma présence ici un mardi matin. Je suis une femme très occupée mais pour les deux personnes qui partagent ma vie depuis plus de dix ans, je trouve toujours le temps nécessaire. Je veux bien évidemment parler de Mathis, mon gros bébé de 10 ans qui est tout mon univers. C’est fou comme ce petit bout fait ma fierté et ma joie. Il est ma force, mon rayon de soleil, en un mot toute ma famille et tout mon monde tourne autour de lui. Après lui, il y a Liliane ma presque maman, mon amie, ma bienfaitrice, ma maman de cœur, celle-là même qui n’est pas de mon sang mais qui m’a donné bien plus que mes même propre parents.
Je suis vraiment inquiète car c'est la première fois que je reçois un coup de fil pareil d'un établissement scolaire que mon fils fréquente. Il a toujours été parmi les meilleurs de sa classe, très respectueux et vraiment très facile à vivre.
Le proviseur (me sortant de mes réflexions): Bonjour madame GAGUI, désolé pour le dérangement, nous savons que vous êtes une femme très occupée mais, nous n'avions pas eu le choix.
Moi (sourire de circonstance): Vous ne me dérangez pas Monsieur le proviseur, rassurez-vous, vous m'avez dit au téléphone plutôt qu'il y a un problème avec Mathis, expliquez-moi ce qui ne va pas.
Le proviseur (mine triste): Votre fils est exclu du collège pour une semaine madame parce qu'il a roué de coup un de ses camarades.
Moi (surprise): Mais comment cela a-t-il été possible? Pourquoi a-t-il fait ça
Monsieur le proviseur ? Mathis a toujours eu un comportement irréprochable, c'est le plus tendre des garçons que je n’ai jamais connu. Expliquez-moi ce qui s'est passé, je veux comprendre ce qui ne va pas ou à défaut voir mon fils.
Le proviseur : Il vous attend dans le hall à l'entrée de l'infirmerie du collège. Il refuse de répondre à nos questions depuis un moment. Le gamin qu’il a tabassé a été transporté à l'hôpital.
Moi (ouvrant grandement les yeux): À l'hôpital? C'est si grave que ça? Mon Dieu, non qu’est ce qui ne va pas? Mathis n'est pas violent.
Le proviseur (regard triste): Sa réaction nous a aussi beaucoup étonnée, l'autre est de un an son aîné, mais il l'a bien amoché. Il était un peu comme en transe pendant un moment. Vous devez l'emmener voir un spécialiste de trouble de comportements pour son propre bien.
Moi (soupirant): Mon Dieu que vais-je faire? Donnez-moi svp l'adresse de l'hôpital où le petit a été conduit, je vais faire un tour là-bas et m'entretenir avec ses parents.
Le proviseur (prenant un bout de papier pour me noter l'adresse): Tenez, voici le nom de l’hôpital et le numéro du père de l’enfant en question. Nous sommes vraiment désolés.
Moi (mine triste): Moi encore plus monsieur le proviseur, je vous rappelle plus tard, passez une bonne suite de journée.
Le proviseur: Au revoir madame, prenez soin du petit.
Je sors de son bureau sans plus rien ajouter, je suis à bout, j'ai l'impression que tout me tombe sur la tête ces derniers jours. Quand je pense que tout va pour le mieux dans ma vie il y a toujours quelque chose de mal qui m'arrive. On dirait que j'ai la poisse. Je sors retrouver mon fils, comme une automate, il court vers moi en me voyant venir à lui. Je m'abaisse pour le prendre dans mes bras.
Lui(en pleure): Je suis désolé maman, je n'ai pas fait exprès, je ne sais pas ce qui m'est arrivé, je ne comprends pas maman, pardonne moi stp.
Moi(le serrant dans mes bras): Calme toi mon poussin, maman est là avec toi, tout ira bien, maintenant nous devons y aller. Viens avec moi, je dois faire un petit détour par l'hôpital.
Lui (reniflant): Nous allons voir Mamie Liliane?
Moi (triste): Non mon chéri, nous allons voir ton ami qui a été conduit à l'hôpital.
Lui (abattu): Il ne va plus vouloir être mon ami parce que j'ai été méchant avec lui maman. Morel est bon et gentil mais, moi je suis mauvais.

Télécharger gratuitement depuis amazon.fr

Nous avons vérifié que ce livre était gratuit le 10 déc. 2018 - 03:30 Détails de l'offre