L'Étoile de Mon Sapin

Dix-neuf ans et une seule idée en tête : quitter la prison dorée dans laquelle elle a grandi.
Car Valentine est bien décidée à vivre ses rêves, et non l’existence que ses proches lui prédestinent !

Les regrets ? Elle n’en veut pas ! C’est maintenant, ou jamais.

Au programme ? Emménager avec ses amies de toujours, intégrer la fac de son choix, bref, vivre !
Mais tout ne doit pas se passer aussi simplement. D’une part, car sa mère compte bien la ramener dans le droit chemin. Et d’une autre, parce que c’est précisément à ce moment qu’elle LE rencontre.

Les plans sont toujours parfaits. Jusqu’à ce qu’ils volent en éclats !


"S’appuyant contre la cage glacée de la cabine d’ascenseur, Valentine pressa le bouton qui affichait le numéro cinq. Puis parcourut ses cheveux fous de sa main, tentant de chasser cette transpiration désagréable.

À la radio ce matin, ils avaient annoncé que la barre des trente-cinq degrés serait franchie aujourd’hui. Val’ aurait dû les écouter, tirer stores et rideaux dans sa chambre, s’allonger en petite tenue sur son lit, et attendre que l’orage passe.

La cloche tinta, et la porte métallique commença à basculer sur le côté. Valentine effectua aussitôt un pas en direction du couloir. Un second. Un troisième. ET BAM !

« AH ! »

Et elle percuta quelqu’un de plein fouet. Machinalement, elle empoigna une épaule, alors que l’autre en face se rattrapait à un pan de mur. Et Valentine, emportée par son propre élan, bascula en arrière, entraînant avec elle l’autre personne qu’elle n’avait pas lâchée.

« Bravo Val’ », soupira Valentine en tentant de se redresser.

Toutefois, un poids l’immobilisait, réduisant à néant le moindre de ses mouvements. Un long courant électrique passa alors, remontant le long de son corps endolori, affolant ses sens.

Abaissant ses yeux, elle rencontra dans le même laps de temps, un regard gris, métallique, comme le sol de la cabine d’ascenseur contre son dos et, au travers d’un débardeur, le début d’un torse bien bâti. Inconsciemment, ses pupilles firent plusieurs fois l’aller-retour.

Il était beau. Affreusement beau. Elle se noyait dans son regard d’acier, sans pouvoir se retenir. Ses yeux étaient bordés de longs cils noirs, qui contrastaient avec le mat de sa peau, et ses cheveux dorés, fins, soyeux. Ses lèvres étaient entrouvertes, elle percevait son haleine mentholée caresser son menton. Ses bras encadraient son visage, et ses biceps tendus n’étaient qu’à quelques centimètres d’elle.

Son cœur accéléra d’autant plus qu’un étourdissant parfum d’orange amère, provenant directement de son cou, envahissait ses narines.

Et pourtant, malgré cette déferlante d’informations que son cerveau peinait à trier correctement et sans divaguer, tant il s’enfonçait dans une agréable torpeur, elle ne lâchait toujours pas son regard. Il y avait une profondeur saisissante, dans ses iris anthracite.

Elle voulut déglutir, mais sa gorge était bien trop nouée.

Et puis, brusquement, elle réalisa qu’elle était étalée de tout son long et qu’il l’écrasait, lorsque les portes automatiques de l’ascenseur enclenchèrent le mouvement de se refermer, et butèrent contre leurs jambes emmêlées, pour revenir à leur emplacement initial."

Télécharger gratuitement depuis amazon.fr

Nous avons vérifié que ce livre était gratuit le 09 sep. 2019 - 07:06 Détails de l'offre